Visite du superbe Royal Mile, en passant par Victoria Street et Candlemaker Row.

A RETENIR:

  • 2h30 de vol en partance de Marseille-Provence avec la compagnie RYANAIR.
  • Attention, checker la météo avant de partir !
  • Location de voiture : pas de DEBIT card (sauf chez Europcar).
  • Il faut doubler par la droite !

Nous y sommes, le jour du départ est arrivé! Après les longs préparatifs, les valises ont également été inspectées avec minutie la veille et rien ne devrait avoir été laissé au hasard ; le moindre gramme compte ! Nous partons de l’aéroport de Marseille Provence avec la compagnie RYANAIR. C’est avec amusement que je regarde les voyageurs qui me précèdent dans la file menant à l’enregistrement des bagages : t-shirts, shorts et claquettes pullulent. Je me demande si je ne me suis pas encore trop chargée – et si les prévisions météorologiques ne se sont pas moquées de moi, entre ma polaire, ma Gore tex et mes chaussures de marche imperméables. Après tout, nous allons atterrir à Édimbourg et non pas directement au beau milieu des Highlands !

Bienheureusement, après 2h30 de vol, je suis enchantée de retrouver la pluie et le froid, me félicitant dans mon fort intérieur d’avoir parer à toutes les éventualités. Nous nous empressons alors d’aller récupérer notre voiture louée quelques mois au préalable chez SIXT. Malheureusement, le premier des soucis nous tombe sur le coin de la tête : notre carte bancaire n’est pas acceptée! Méfiez-vous si vous passez par leurs services : veillez à vous munir d’une carte de crédit et non pas une « debit card » (annoté en tout petit, sur le côté gauche de votre CB). Lorsque nous nous sommes présentés au guichet – et que nous avions déjà intégralement régler notre location, ils nous ont envoyé sur les roses en prétextant ne pas pouvoir nous louer de voiture du fait que notre carte ne faisait pas crédit, c’est-à-dire, qu’elle ne permettait pas de réaliser une empreinte bancaire. De ce fait, nous avons dû louer une nouvelle voiture chez EUROPCAR, les seuls à accepter notre carte. Je ne jetterai toutefois pas la pierre sur SIXT, car, ils nous ont remboursé l’intégralité de notre somme sous une dizaine de jours seulement. 

 

Excursion voyage sur le sable blanc des plages de Camargue
Excursion voyage sur le sable blanc des plages de Camargue
Excursion voyage sur le sable blanc des plages de Camargue

Jules est désormais au volant de sa magnifique SKODA Rapid à… gauche ! Nous commençons notre apprentissage de façon rude, puisqu’une fois sortie de l’aéroport nous empruntons directement l’autoroute pour rejoindre le centre la capitale. Rapidement, nous cherchons à comprendre s’il faut doubler par la droite ou par la gauche ; tout repère semble avoir disparu. Une fois les ruelles pavées en vue, je ne sais pas lequel est le plus stressé d’entre nous deux : moi, qui voit les rebords du trottoir de très (très) près, ou lui, qui a l’impression de rouler totalement en contre-sens. Quoiqu’il en soit, nous avons survécu jusqu’à l’arrivée chez notre hôte.


 

 

On est rassuré, une place auréolée d’une lumière dorée et des anges chantonnant nous montre LA place de parking parfaite où titine ne bougera plus d’un pouce pendant les deux jours suivants. Nous arrivons alors chez Aileen, notre hôte Airbnb. Alors que son annonce sur le site nous avait laissé perplexe du fait qu'elle disait que "si nous [lui] parlions [c'était] bien, si nous [lui] parlions pas, [c'était] bien aussi", nous avons, finalement, rencontré une jeune femme très joviale et avenante. Dès notre arrivée, elle s'est inquiétée de savoir si notre voyage s'était bien déroulé, si nous avions soif et si nous avions besoin de conseils quels qu'ils soient pour partir visiter Édimbourg. Elle nous a alors expliqué comment nous rendre au Royal Mile, à pieds, de chez elle. 

 

pyrénées slow travel mountains

Une vingtaine de minutes plus tard, nous arrivions ainsi dans la plus importante artère de la ville, le Royal Mile, lequel lie le Palais d'Holyrood à Castle Rock. Il est en réalité l’addition de 4 rues en ligne droite : Castlehill, Lawnmarket, High Street et Canon Gate. Cette grande rue est un petit bijou historique parsemé d'échoppes, de ruelles dallées ("cables") et de cours intérieures qui devint « royale » au XVIème siècle, lorsque le roi l’emprunta régulièrement pour se rendre au Palais. Toutefois, il faut se méfier de son nom, car, elle ne s’étend, en réalité, pas sur un unique kilomètre mais sur 1.6 kilomètre ; à moins qu’il ne s’agisse d’une mystérieuse mesure écossaise. Mes yeux ont été émerveillés par l'architecture du Canongate Tolbooth - qui faisait aussi bien office de Mairie, de poste de péage comme de prison à l’époque, remarquable grâce à sa magnifique horloge, avant qu'ils ne se posent sur Tron Church, la Cathédrale Saint-Gilles ou encore la Outlook Tower. Edimbourg est d'une richesse architecturale réellement étonnante grâce à ses bâtiments d’ardoise, de pierre et de tuile!

 

Nous y avons trouvé une ambiance médiévale qui sentait bon la bière, le café et la joie. Par chance, nous sommes arrivés pendant la période du FRINGE FESTIVAL. Ce festival, créé en 1947 se déroule, chaque année au mois d'août - et pendant 3 semaines, en parallèle au Festival International d’Édimbourg. Plus de 2500 spectacles et performances réunissent ainsi des millions de spectateurs. Les rues sont parsemées de pièces de théâtre, de stand-ups et de talentueux musiciens et chanteurs qui ne méritent que la reconnaissance pour leurs talents. Il est clair que, si vous êtes un brin agoraphobe, il vaudrait mieux s’éloigner directement dans les Highlands. Après un délicieux fish & chips (curieusement, constamment accompagnés de petits pois en Écosse - "peas") dévoré au pub The World's end nous avons adoré flâner dans la ville en laissant nos yeux et nos oreilles s'émouvoir au gré de nos pas.

En remontant l’artère en direction de Castle Rock, nous sommes ainsi allés visiter l’imposante cathédrale Saint-Gilles, laquelle domine High Street, et où John Knox – leader de la révolution écossaise, y fut pasteur de 1559 à 1572. Saint-Gilles est considérée comme l’église mère du Presbytérianisme. Malheureusement, la prise de photos étant payante, je ne dispose d’aucun cliché d’en son sein. Je peux toutefois vous dire que le vitrail était superbe, du fait de ses couleurs flamboyantes. Ce que je regrette néanmoins, est la « marketisation » de la cathédrale : photos payantes, cartes postales touristiques en vente au beau milieu des couloirs, visiteurs bruyants et non-respect du temps de recueillement propre aux lieux religieux. Ce que nous avons d’ailleurs trouvé particulier à Edimbourg, est la mixité des bâtiments. C’est-à-dire, leurs capacités à rénover un bâtiment de l’intérieur tout en conservant son cachet architectural d’antan. C’est ainsi que nous sommes entrés dans Tron Church en pensant y trouver un orgue et des vitraux ; et que nous sommes finalement tombés sur des guichets constituant la billetterie du Fringe festival.

pyrénées slow travel mountains
pyrénées slow travel mountains
pyrénées slow travel mountains

Étant donné notre heure d’arrivée tardive dans la ville, nous avions décidé de faire l’impasse sur le château ce jour-là, afin de le visiter plus sereinement les jours suivants. De cette façon, nous nous sommes rendus à Victoria Street et Candlemarker Row, pour la plus grande joie de Jules qui est un véritable fan d’Harry Potter! En effet, Edimbourg est tout bonnement le berceau de Harry Potter, puisqu’elle en fut la principale source d’inspiration de son auteur. Victoria Street est LA rue qui inspira J.K Rowling pour imaginer le célèbre « chemin de traverse » d’Harry Potter, là où les apprentis sorciers réalisaient leurs emplettes pour une rentrée scolaire peu commune. Loin de l’ambiance « capitale » d’Edimbourg, nous y avons découvert une ruelle hétéroclite très animée où s’entremêlent des maisonnettes multicolores, des petites boutiques proposant, en vrac, de la décoration vintage ou faisant référence à Harry Potter, mais aussi, des œuvres d’art. Nous avons ensuite poursuivi notre excursion sur Candlemarker Row, où, j’ai été très touchée de découvrir la statue de bronze en hommage à Greyfriars Bobby, le petit Skye Terrier le plus célèbre d’Écosse. Toucher sa truffe porterait chance ! Vous connaissez forcément l’histoire du Shiba Inu, Hashiko, qui s’est déroulée au Japon ? Et bien, l’Écosse possède son propre « conte », quelque peu similaire.

pyrénées slow travel mountains

ous nous sommes alors rendus au cimetière de Greyfriars afin de lui rendre, nous aussi, un hommage mérité sur sa sépulture. Quelques jours avant notre départ en Écosse, je perdais à mon tour ma petite chienne de 18 ans, ainsi, je pense que, quelque part, derrière ma démarche, existait une sorte de pèlerinage. A savoir que ce même cimetière, aurait inspiré l’écrivain J.K Rowling dans le choix de ses personnages. En effet, nous y retrouvons la tombe d’un certain Thomas Riddel, simple écuyer à l’époque. Or, tout le monde sait que le véritable nom de Voldemort n’est autre que Tom Riddle. Il ne s’agit d’ailleurs pas du seul nom ayant été emprunté puisque nous pouvons y rencontrer également un certain poète nommé McGonagall, et bien d’autres !

e ne pense pas qu’il s’agisse d’une coïncidence étant donné qu’elle a commencé à écrire son premier livre depuis le café The Elephant House, lequel dispose d’une vue directe sur le cimetière. D’ailleurs, toujours depuis ce même cimetière, est observable George « Poudlard » Heriot. Il s’agit d’un bâtiment magnifique, qui, selon la légende, fut l’inspiration de l’école des sorciers, Poudlard. Tout comme dans le film, ce collège a d’ailleurs un fonctionnement en « maisons » avec un emblème pour chacune d’entre elles. C’est ainsi que s’est achevé notre première journée, avec environ, 13 kilomètres de marche pour un unique après-midi. Nous n’avons pas réellement fait d’activités précises, mais avons pu apprécier nous laisser guider par le temps et nos pas. Édimbourg est une ville où il fait bon vivre et où nous nous sentons extrêmement loin et sereins.

pyrénées slow travel mountains

Une belle journée à vous mes cactus.

Lily.

One thought on “Récit d’un road-trip en Écosse • jour 1: Édimbourg.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *