Ecosse • Jour 3

CHRONOLOGIE DU ROAD-TRIP:
Édimbourg - The Kelpies | 50 minutes |   >>    The Kelpies - Stirling Castle| 25 minutes|

Arthur's Seat

ARTHUR'S SEAT, ÉDIMBOURG.

Après nous être garés sur le bas-côté de la route, nous avons alors entrepris notre ascension. J’ai été ébahie en levant mes yeux en direction du sommet. Le soleil, jouant à cache-cache avec les nuages, laissait parfois entrevoir, les magnifiques reflets pourpres de la bruyère en fleurs. Véritable symbole écossais, la bruyère est absolument partout: au bord des routes et des chemins, au bord de mer et dans les landes. On aurait dit qu’un artiste était passé par là, et aurait donné des coups de pinceaux par-ci, par-là.

Comme piégés hors du temps, nous sommes arrivés au sommet sous le vent et des airs de cornemuse. Enchanteresse, la cornemuse vous prend tout autant les tripes qu’elle vous impose le respect. Exception faite, lorsque Jules s’amuse à l’appeler « le biniou » - la cornemuse, en Breton. Toute crédibilité s’effondre alors. Cet instrument est une composante indissociable de l’identité de l’écosse ; un art qui se transmet de génération en génération.  Nous nous sommes alors assis face à ce véritable tableau, et avons savouré chaque minute en embrassant des yeux une dernière fois Edimbourg.

The Kelpies & Stirling Castle

The Kelpies, Felix Park.
THE KELPIES, FELIX PARK

Notre road-trip commence réellement ici, le 20 août 2017, après 2 jours à avoir arpenté les ruelles médiévales de la capitale. Notre premier arrêt s’effectuera, à Falkirk, afin d’observer les magnifiques Kelpies. A tout juste 45 minutes d’Edimbourg, il s’agit d’un passage obligatoire si vous empruntez la route allant en direction de Stirling.

Ces grandes sculptures contemporaines de 30 mètres de haut et 300 tonnes d’acier construites en 2013, en plus d’avoir une double explication, sont également les deux plus grandes statues équestres du Monde.

D’une part, il s’agit d’un hommage à la puissance du cheval qui a propulsé le développement industriel de l’Écosse. Il est vrai, qu’entre le XIXème et le XXème siècle, Falkirk était le cœur de la métallurgie écossaise. Les travaux de force, utiles à son bon fonctionnement, étaient alors réalisés par des chevaux de trait, les Clydesdales. L’artiste, Andy Scott, est d’ailleurs reconnu dans le monde entier pour ses gigantesques sculptures de chevaux ou autres animaux d’acier, tous plus beaux les uns que les autres.

D’autre part, ces sculptures font également référence à la mythologie celtique. Son nom viendrait du gaélique « each-uisge », signifiant, cheval d’eau. Ainsi, les Kelpies étaient des êtres aquatiques vivant dans les rivières et les lochs écossais qui pouvaient s’apparenter, en quelque sorte, aux sirènes. Souvent représentés avec des yeux rouges et de la végétation aquatique agglutinée dans leurs crins, ils pouvaient prendre la forme d’une femme, d’un bel homme, ou encore, d’une magnifique monture noire afin d’attirer leurs proies et cavaliers avant de les noyer en eau profonde.

A l’heure d’aujourd’hui, elles sont uniquement un point de rassemblement dans le magnifique parc de Helix. C’est sous leurs regards menaçants, que familles et amis aiment partager leurs repas. Nous n’avons d’ailleurs pas dérogé à la règle, puisque, j’ai pu y déguster un délicieux veggie burger, après quoi, nous avons repris notre chemin en direction du château de Stirling.

STIRLING CASTLE

Bienvenue sur les terres de William Walace, alias, Mel Gibson dans le film Braveheart, dans l'ancienne capitale du royaume d’Écosse: STIRLING. William Wallace fut le héros et symbole de l'indépendance écossaise du XIIIème siècle, et, s'est en parcourant le château que vous pourrez découvrir son histoire. En effet, Stirling bénéficie d'un lourd passé historique de par sa position stratégique aux portes des Highlands, elle était ainsi, une ville très convoitée par les anglais et les écossais.

En arrivant au village de Stirling, j'ai été totalement charmée par l'architecture d'antan des habitations, hôtels et bâtiments historiques. Il y règne une atmosphère particulière.  Nous sommes subitement plongés dans le Moyen-Âge. Mais, le côté sympa du Moyen-âge ;), celui avec ses mignons cottages où fument les cheminées et où la belle pierre est omniprésente. Les constructions ont conservé à merveille tout leur cachet, le tout, mit en valeur par de superbes petits jardinets à l'anglaise.

En arrivant face au château, j'ai vraiment été impressionnée par sa taille et sa bonne conservation. Il est imposant de par son emplacement sur une colline d'origine volcanique qui domine toute la région. Il est entouré sur trois de ses côtés par des falaises qui en faisaient une position facile à défendre. Un premier château fut vraisemblablement construit sur le site au 12ème siècle. Mais le château tel qu’il apparaît aujourd’hui au visiteur date essentiellement des 15ème et 16ème siècles

Lorsque vous le visiterez, prenez le temps d'observer chaque pièce. Elles sont magnifiquement retranscrites avec leurs couleurs captivantes. La visite vous permettra d'en apprendre un peu plus sur les modes de vie de l'époque. J'étais impatiente de visiter le château, afin d'en savoir davantage sur le lien qui unissaient les écossais et les licornes. Puisque, c'est dans ce château qu'à séjourné la fameuse tapisserie de la Licorne aujourd'hui exposée au Metropolitan Museum de New-York. En effet, cet animal légendaire est l’emblème de l’Écosse, tandis que, le Lion, est celui de l’Angleterre.

Découvrez vite la suite du road-trip:

Du Loch Lomond à Fort William

L'île de Skye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *