Le Grand Colombier culmine à 1534 mètres d'altitude.

 

C'est sous un beau soleil du dimanche que nous avons décidé de nous attaquer, entre copines, au géant du Bugey: le Grand Colombier. Ce sommet de 1534 mètres appartient à la chaîne des montagnes du jura et domine toute la vallée du Rhône et le lac du Bourget. Jusque-là peu connu, il a été mit en lumière à partir de 2012, lorsque le Tour de France de cyclisme a commencé à l'emprunter. Considéré comme l'un des sommets les plus difficiles de France dû à une côte supérieur à 10%, le géant bugiste impressionne.

Si je prends tant de plaisir à le découvrir à nouveau, c'est car il propose un panorama à couper le souffle sur toute la chaîne des Alpes, le Mont-Blanc, les massifs de Belledone, le Bugey, les lacs alpins du Bourget, d'Annecy et du Léman. La table d'orientation située à son sommet vous permettra d'ailleurs d'observer de façon précise toutes ces curiosités géologiques. Il s'agit d'un espace naturel privilégié qui bénéficie du label ENS (Espace Naturel Sensible).

 

LE PARADIS DES RANDONNEURS

Plusieurs GR traversent les versants du Grand Colombier. Vous pourrez d'ailleurs acheter des fascicules regroupant toutes les randonnées pédestres du coin dans les Offices de Tourisme de la région. Il existe 5 fascicules relatifs à des géolocalisations différentes: la Bresse, la Vallée de l'Ain et le Revermont, le Haut-Bugey, le Bugey et en Dombes. Pour ma part, mon fascicule du Bugey  est composé de 73 itinéraires de 1h30 à 8 heures de marche, tracés sur fonds de carte de l'IGN au 1/25 000. Les 3 circuits les plus connus s'attaquant au Grand Colombier sont donc:

  • le circuit des Sioux - 13km
  • le circuit des Crètes - 10km
  • l’ascension par Culoz - 26km

Pour ma part, j'ai sélectionnée le second circuit: "le circuit des Crètes". Je ne l'ai pas choisi pour sa longueur plus courte que les autres, loin de là! De toute façon, entre nous, je ne l'ai jamais réalisé sans me perdre (oups!). En l'ayant déjà réalisé 2 ans auparavant, je savais par contre que c'était une valeur sûre en terme de diversité des paysages. Il traverse à la fois des crêtes (comme son nom l'indique :p ) avec une vue à 360°, des alpages et des forêts

DES PAYSAGES DE MONTAGNE A COUPER LE SOUFFLE

Ce que j'aime par dessus tout, tout au long de cette randonnée, c'est la diversité des paysages. On ne se lasse pas de points de vues identiques et réguliers tout au long du parcours, bien au contraire! Il est possible:

  • D'escalader les crêtes dans des paysages aériens,
  • Trottiner dans les alpages pour aller grattouiller les vaches,
  • Se perdre dans les forêts humides et cueillir des champignons,
  • Se rafraîchir au bord d'un ruisseau ou une fontaine sortie de nul part.
La vue du Grand Colombier sur la chaîne des Alpes
La vue du Grand Colombier sur la chaîne des Alpes
La vue du Grand Colombier sur la chaîne des Alpes
La vue du Grand Colombier sur la chaîne des Alpes
Point de départ de la randonnée du Grand Colombier (Bugey)
La vue du Grand Colombier sur la chaîne des Alpes

A NE PAS MANQUER

L'AUBERGE DU GRAND COLOMBIER ♥

J'avais déjà repéré cette petite auberge d'altitude qui cuisine des tartes à la myrtille absolument délicieuses! Il s'agit de mon gros coup de coeur de la région. C'est donc tout juste 1 heure après notre départ que nous avons fait notre première pause dans ce lieux charmant et bucolique. Jusqu'à présent, je n'étais jamais rentrée à l'intérieur car je n'y étais allée que l'an dernier, en haute-saison, lorsque les petites tables sont sorties sur la terrasse extérieure afin de nous faire bénéficier d'une magnifique vue sur toute la chaîne des Alpes. C'est donc avec plaisir que j'ai découvert son antre douillette et chaleureuse. Cette petite auberge vaut vraiment le détour, ne serait-ce que pour son cadre. Mais je vous rassure, les plats typiquement montagnards y sont aussi délicieux!

auberge du Grand Colombier

DES CURIOSITÉS NATURELLES

Entre Jonquilles et Crocus

En ce joli mois de mai, j'ai découvert pour la première fois, les champs de jonquilles. Pour ceux qui le savent, je suis originaire du sud. Dans ma région, il n'est pas coutume de trouver de telles étendues de jonquilles ou de crocus. Pour ma part, il s'agissait uniquement de drôles de petits bulbes capricieux et impossibles à faire pousser sur du long-terme. J'ai vraiment été surprise de constater à quel point ces fleurs sauvages étaient omniprésentes et à profusion dans la région. Même si le Bugey me donne parfois du fil à retordre avec son climat, il ne cesse de m'étonner!

entre jonquilles et crocus
Champs de Jonquilles au Grand-Colombier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *